Alternatiba Léman

La Semaine des Alternatives 2023 – Alternatiba Léman

Cette année la 9 éme édition de notre Semaine des Alternatives aura lieu du lundi 28 Août au samedi 2 septembre 2023 :
– avec d’abord 5 jours de conférences, de tables rondes, d’ateliers et de projections dans des lieux divers,
– suivis du Village des Alternatives au Parc des Bastions le samedi 2.

Pour rappel, notre premier Village Alternatiba Léman a eu lieu du 18 au 20 septembre 2015 à Genève ! Suite à l’engouement des 30’000 personnes de la première édition et des centaines d’organisations présentes, le souhait de toutes et de tous a été de réitérer l’expérience annuellement. Depuis 9 ans, nous faisons tout pour que cette véritable fête des initiatives locales en faveur du climat se prolonge et s’inscrive comme un rendez-vous d’une société en transition et de son public.

Alternatiba Léman, un mouvement citoyen pour une urgence climatique qui s’accélère !

Bien que les rapports du GIEC et les évènements extrêmes ne cessent de nous alerter, que des tonnes de rapports et plus encore de belles paroles et que les actions à mener sont connues et même que des lois indispensables, commencent (enfin…) à apparaître ; la prise de conscience et surtout le passage à l’acte semblent encore bien insuffisants pour endiguer la crise climatique source de chaos et de souffrances partout dans le monde.

Il ne suffit donc plus de savoir quoi faire … il faut le faire !

Il est donc plus que jamais important de mettre en lumière, de renforcer et de démultiplier les centaines d’initiatives citoyennes porteuses de cette transition et pour cela  de les réunir et de les mettre en contacts créatifs entre elles, avec les autorités et avec le grand public, comme chaque année depuis 2015, lors de la Semaine des Alternatives.

Des initiatives locales et concrètes de toute sortes contribuant à la réduction du changement climatique, par la construction d’une société plus solidaire et plus durable, sont ainsi valorisées et rendues accessibles à toutes et à tous dans l’espace public lors de cette semaine, il y en a ! Chacun doit se les approprier, les faire connaître autour de soi et surtout … les mettre en œuvre au quotidien et dans les politiques !

Car désormais, nous le savons, chaque 10 ème de degré compte !

L’adaptation au changement climatique passe désormais au premier plan …

Dans ce contexte d’événements climatiques extrêmes qui montent en puissance partout dans le monde, en Suisse plus qu’ailleurs du reste, d’après l’étude « Changements climatiques en Suisse. Indicateurs des causes, des effets et des mesures » de l’Office Fédéral de l’Environnement, notre pays «est particulièrement touché par les changements climatique. La température moyenne y a gagné près de 2 °C depuis l’ère préindustrielle, soit deux fois plus que la moyenne mondiale. Les conséquences sont nombreuses : fréquence accrue des vagues de chaleur, sécheresse estivale, recrudescence des épisodes de fortes précipitations et hivers pauvres en neige».

Nous sommes entré.e.s dans une période où les questions d’adaptation au changement climatique sont devenues très concrètes au quotidien pour de plus en plus de nos confédérés et les évènements climatiques extrêmes devenant presque quotidiens, ce chaos climatique devient, enfin…, tangible pour la majorité de la population.

mais … l’adaptation seule ne suffira pas !

Si la prise de conscience a progressé, elle reste souvent bien complexe à concrétiser en engagement pour le plus grand nombre. C’est pourquoi nous pensons que la sensibilisation par la mise en valeure des solutions locales est essentielle pour sortir du sentiment de sidération, et que le travail pour rendre les alternatives populaires, crédibles et désirables, sont deux ressorts cruciaux pour mettre en mouvement une large partie de la population.

Nous devons donc aussi:

Contribuer à l’émergence d’un autre modèle de développement pour notre région et pour la planète

Ainsi, la question du climat est l’occasion d’aborder celle plus large de l’organisation de la société et du modèle de développement que nous voulons sur notre territoire et dans le monde.
En effet, répondre au défi climatique  nous amène naturellement à nous questionner  (à notre échelle transfrontalière locale et aussi beaucoup plus largement) sur l’environnement, les transports, les logements, l’urbanisme, l’énergie, l’emploi, l’agriculture de proximité, la mondialisation, l’ultra-libéralisme et l’économie sociale et solidaire, etc…

Renforcer la dynamique transfrontalière comme réponse au défi climatique

La région lémanique, et en particulier le projet du Grand Genève, atteint difficilement ses objectifs par rapport à la mobilité, le logement, l’environnement et la construction d’une région et d’une identité transfrontalière. Ces difficultés, venues parfois de nos capitales politiques, provoquent un repli xénophobe qui rend à son tour les solutions plus ardues. Pourtant répondre au défi du climat peut être l’occasion et une nouvelle motivation pour renforcer tous ces chantiers visant à une société civile transfrontalière forte pour un bassin de vie durable, équitable, partagé et solidaire.

Booster les initiatives dans le bassin lémanique

En 2015, il s’agissait d’abord de mobiliser d’une manière originale et positive tous les acteurs de la société civile en vue de sensibiliser la population à une échéance majeure pour le climat : le sommet international du COP21, fin 2015 à Paris.

En 2023, la mobilisation continue : Alternatiba Léman vise à montrer à nos décideurs locaux et transfrontaliers, aux négociateurs des gouvernements et au grand public que sur nos territoires, nous sommes engagé.e.s, de plus en plus, et de plus en plus nombreux,  pour relever le défi climatique individuellement et collectivement – lors de temps forts comme au quotidien.  Pour démontrer ainsi qu’Un Autre Monde est non seulement Possible, mais de plus en plus Indispensable.

Distinction

En 2016, Alternatiba Léman s’est vu remettre la récompense d’honneur du concours du développement durable du canton de Genève.

Comité et équipe

Morgane Nusbaumer, Co-Présidente
Responsable de Projet en Santé Publique
Blaise Thorens, Co-Président
Ingénieur indépendant
Ana Gomez, Co-Secrétaire
Chargée de projet et Blogueuse en durabilité
Marie Léonie Belomo, Membres du Comité,
Professeur d’histoire géographie
Benoit Lecomte, Membre Comité,
Indépendant spécialisé en Communication pour le Développement rural en Afrique de l’ouest

Julie Deslandes, Coordination
Benoît Lecomte et Didier de Thoisy, Community managers

Retour en haut